Le débat Emil Nolde

Emil Nolde est l’un des plus importants expressionnistes allemands. Bien qu’il fût membre du parti danois NS, il fut dénoncé par les nazis comme un “artiste dégénéré” en 1937. Mais Nolde était un nazi et un antisémite. Voici les documents de films que nous avons recueillis au cours des dernières années.

 

En 1947, à l’occasion de son 80e anniversaire, le film d’actualités de la puissance occupante américaine publie un film sur Emil Nolde. Le narrateur tente de dépeindre Nolde comme une figure positive pour un nouveau départ de la culture et de l’art en Allemagne. L’histoire du “Verfehmten” façonnera longtemps l’image officielle de Nolde dans l’Allemagne d’après-guerre.

Art Dégénéré

La “Haus der Deutschen Kunst” a été ouverte à Munich en 1937. Les œuvres qui y sont exposées se situent sur un plan artistique assez simple, un réalisme kitsch qui plaît au Führer Hitler. La veille, une autre exposition de photos a été inaugurée au Hofgarten de Munich. L’exposition “L’art dégénéré”. Cette exposition a vilipendé presque toute la célébrité de l’art allemand de la première moitié du XXe siècle. Ici aussi, j’ai trouvé un document cinématographique unique aux Archives nationales que l’Américain Julien Bryan a tourné à Munich en 1937.

 

L’image marquée dans les couleurs originales à la fin du film est “Le Christ et le pécheur” d’Emil Nolde. Il a été acquis par la Galerie nationale de Berlin en 1929. La reconnaissance des artistes expressionnistes sous la République de Weimar a fait l’objet d’une vive controverse.

Réexamen : La Sécession de Berlin

Nolde a fait sa première grande tentative de reconnaissance à Berlin en 1910. Il était en train de fermenter sur la scène artistique, à Munich le Blaue Reiter a provoqué un scandale, à Berlin Nolde et les peintres du “Brücke” voulaient aussi faire une révolution. Mais les peintures de Nolde ont été rejetées par l’association d’artistes berlinoise Secession. Ce rejet marque le début de l’histoire de l’antisémitisme d’Emil Nolde. Le marchand d’art Paul Cassirer et le peintre Max Liebermann, tous deux juifs, déterminent le sort de la Sécession et deviennent les ennemis intimes de Nolde. Cet antagonisme personnel concernait aussi l’existence économique menacée de Nolde en tant qu’artiste libre.

La reconnaissance

En 1927, Nolde fête ses 60 ans et la Kunsthalle de Dresde lui offre une grande exposition de ses œuvres, qui aurait dû être connue du public depuis longtemps. Nolde est un peintre très ambitieux qui comprend le style expressionniste comme un moyen unique de représentation. “Je voudrais que mes tableaux soient plus qu’un simple divertissement par hasard, non, qu’ils (…) donnent au spectateur un son plein de vie et d’existence humaine”, écrit-il. Depuis 1927, Nolde est l’une des grandes stars du modernisme classique en Allemagne. Mais il reste un antisémite et essaie de se mettre au service des nazis après 1933. Il devient membre de l’organisation étrangère danoise NS (Nolde est un citoyen danois) et essaie de plaire à Hitler par tous les moyens. Hans Fehr, peut-être le meilleur ami de Nolde, écrivait : “Mais comme tout à Nolde est né d’un instinct primordial, d’une force primordiale loin de l’esprit, il a vu son plus intime blessé quand on osait toucher ce monde mystérieux”. La blessure profonde des années d’avant 1927 explique peut-être la proximité avec les nazis. Et Nolde s’est toujours considéré comme un peintre des pays nordiques. Néanmoins, l’art de Nolde dans sa subjectivité radicale est pratiquement inconcevable en tant qu’art d’Etat du régime nazi.

Images non peintes

Depuis le blasphème 1052 œuvres d’art sont retirées des musées et une grande partie est vendue en devises étrangères pour financer l’armement. La “distribution et la reproduction” de ses œuvres était interdite.

Interdiction de peinture pour Nolde

Malverbot Nolde
Interdiction de peindre pour Nolde

Texte de l’ordonnance interdisant la publication contre le peintre Emil Nolde
Dans sa lettre du 23 août 1941, le président de la Chambre des Beaux-Arts du Reich, Adolf Ziegler, artiste populairement connu sous le nom de “maître des cheveux publics allemands”, interdit à Emil Nolde “avec effet immédiat toute occupation, même à temps partiel, dans le domaine des beaux-arts”. 3 mois plus tard, le peintre s’est également vu interdire de “vendre, distribuer et reproduire les produits énumérés dans le spécial” (ses tableaux).

Revenu de Nolde

Income data of Emil Nolde
Données sur le revenu d’Emil Nolde tirées de la Denazification Act.

Les chiffres sur le revenu d’Emil Nolde tirés de la loi sur la dénazification.
Il est objecté que le revenu élevé des ventes en 1940, que Nolde a déclaré dans la déclaration de dénazification de 1947, indique qu’il avait été assez bien. On ne dit pas qu’en 1942, les revenus n’étaient qu’un dixième de ceux de 1940. Bien sûr, Nolde, qui avait plus de 70 ans à l’époque, n’avait pas à craindre pour sa vie comme les autres persécutés et privés de ses droits. Et certains acheteurs privés, comme le propriétaire de l’usine hanovrienne Sprengel en 1941, l’ont soutenu avec des sommes élevées pour des peintures à l’huile jusqu’à l’interdiction de vente. Mais l’interdiction de son travail a conduit le grand vieil artiste au bord du désespoir.

Il écrivit à Hans Fehr en 1942. “Je n’ai rien travaillé depuis le 1er août. (…) Ne pas savoir ce que l’on “peut” et ce que l’on “ne peut pas” et avoir cette épée de Damoclès suspendue au-dessus de sa tête – la muse artiste déjà sensible ne doit-elle pas alors laisser le peuple ?

De nouveaux documents prouvent que Nolde tente toujours, même après 1937, de persuader les nazis de changer d’avis. Le directeur de la Galerie nationale de Berlin a récemment annoncé au journal télévisé du soir que lui aussi (comme le chancelier !) ne voudrait plus accrocher celui de Nolde dans son appartement. Une déclaration mémorable et embarrassante. Cela revient à la même chose que les nazis ont fait avec les “artistes dégénérés”.

La responsabilité

L’homme et le citoyen Nolde avaient tort, mais l’artiste a suivi son chemin. Un artiste du rang d’Emil Nolde a une responsabilité particulière dans son comportement. Le fait qu’il était antisémite et que la privation du droit de vote et l’anéantissement de ses concitoyens juifs après 1933 ne l’ont pas amené à repenser et à rompre clairement avec l’idéologie nazie a heureusement maintenant été clarifié. Il reste donc des questions : Pourquoi la loi morale a-t-elle échoué en lui ? L’un des artistes les plus en vue de l’époque de Weimar, il avait des amis parmi ses collègues artistes, qui avaient déjà été poussés à l’émigration en 1933. Parmi eux, Paul Klee, qu’il a rencontré en Suisse en 1935. De quoi les artistes ont-ils discuté ? Apparemment, comme souvent, Nolde se taisait.

Nolde s’est offert au régime nazi, comme Heidegger, Richard Strauss, Gottfried Benn ou Mies van der Rohe. Ils ne reconnaissent la banalité populiste, la violence vulgaire, plébéienne et sanguinaire et le goût étroit de l’empire nazi que lorsqu’il est trop tard. Ils ont succombé à la fascination du mal, alors qu’on devrait s’attendre à une immunité de leur part. L’historien de l’art français Jean Clair appelle cela “une humiliation de nos hiérarchies morales”.

Stephan Bleek